Pourquoi l'ARTEM STRAGÉIE

Art Martial Stratégique


HISTORIQUE
de l'ARTEM STRATÉGIE


temple shaolin, le berceau des arts martiaux
Le cimetière du temple shaolin


La biographie du fondateur
L'artem stratégie est le fruit de 20 ans de recherches. Avant de m'y consacrer pleinement, j'ai étudié diverses disciplines martiales et sports de combat : Muay Lao, karaté contact, Ninjutsu, Jeet Kun do, Kung fu. J'ai eu la chance d'avoir principalement des enseignants asiatiques qui apprirent leur arts dans leur pays d'origine. Le niveau était extrêmement élevé, et les débuts furent difficiles ! Je suis ensuite parti en Chine pour me perfectionner, notamment sur le maniement des armes, également à la recherche d'une philosophie martiale. Je me suis rendu au temple Shaolin, et j'ai beaucoup visité les écoles de combats de la région. Cela s'avéra très instructif du point de vue technique. Mais je ne trouvais nul part de réponses à mes questions sur la stratégie. J'ai par la suite travaillé pendant 10 ans pour y répondre.

cours à autun 71
A Pékin ; cette pratiquante manie une arme méconnue ;
il s'agit d'une corde munie d'un poids.


Les entrainements d'Artem Stratégie sont basés sur le sparring. (forme d'entrainement indispensable pour une approche réaliste du combat) ainsi qu'une panoplie d'exercices permettant d'accroitre le potentiel du combattant. Ces exercices découlent de principes stratégiques existants que j'ai perfectionné (telle que l'échelle des dangers pour la distance) et bien d'autres que j'ai dû mettre au point car inexistants. (principe d'incertitude, échelle des certitudes, stratégie du combat au sol, etc..) Vous devez savoir que l'élément stratégique est décisif dans le cadre d'une agression.

une école d'arts martiaux
Une école d'arts martiaux près du temple shaolin


Pourquoi la stratégie ? Est-elle un élément fondamental du combat ?
Dans l'histoire, la stratégie a toujours été l'apanage de l'élite des guerriers. Le samouraï Miyamoto Musashi en est un exemple extraordinaire. Il demeura invaincu après toute une vie de combat : duels à mort au sabre, champs de bataille contre d'innombrables adversaires... Il anéantit à lui seul la totalité de l'école d'escrime Yoshiyoka, en se battant contre 60 combattants experts en arts martiaux ! Auteur du "traité des cinq roues" qui est une somme de principes stratégiques (pour la pratique du sabre), il énonce la supériorité de ce qu'il nomme "la voie de la tactique". Ainsi s'exprime Miyamoto Musashi: "Si vous obtenez l'intelligence de la tactique et que vous pratiquez sans faillir, je ne doute pas que vous obtiendrez la victoire."

samourai
Autoportrait de Musashi


Et les questions d'ordre spirituelles ?
Le travail sur les émotions (peurs, ego) est indispensable pour perfectionner les capacités de défense. Sans lui vous ne pourrez vous maîtriser d'une manière totale dans les situations critiques. La dimension spirituelle des arts martiaux est souvent laissée de côté, pourtant, c'est un travail indispensable si l'on souhaite parvenir à un haut niveau de perfection. Il ne s'agit pas d'éléments religieux ou pseudo-mystiques, mais bien de réalités humaines. Parmi d'autres, se trouve le principe de discontinuité de l'attention. Même les grands combatantts font des erreurs d'inattention, cela est inévitable sans une préparation spécifique. Les cours d'Artem Stratégie fournissent des exercices spécifiques pour remédier à ces failles.

Y-a-t-il une éthique propre à l'Artem Stratégie ?
L'ARTEM STRATÉGIE enseigne le respect en toutes circonstances. Le but est de savoir se défendre et non d'agresser, bien que cet art privilégie l'offensive à la défensive dans son essence. Mon père connu la triste réalité de la seconde guerre mondiale lorsqu'il avait tout juste 20 ans. Quand il prit conscience des horreurs du conflit - car beaucoup de familles françaises furent martyrisées - il s'engagea activement dans la résistance. Il rejoint de nombreux réseaux de résistants tels Défense de la France, FFI.. également le réseau Buckmaster (Services secrets britanniques). Cela lui coûta énormément puisqu'il connu la torture, mais ne dénonça jamais les troupes qu'il commandait. (Secteur de Saint-Mars-du-Désert) Grièvement blessé à la sortie du conflit, et rencontrant de nombreux échecs médicaux, il étudia de lui-même la médecine et les plantes pendant la totalité du reste de sa vie. Il est parvenu à de réelles découvertes, qui lui ont entre autre permis de remarcher normalement après 20 ans de béquilles... Il m'a ainsi légué un véritable héritage moral, philosophique et culturel.

historique arts martiaux
Mon père